Accueil Politique La majorité divisée sur une éventuelle proportionnelle dès les législatives de 2022

La majorité divisée sur une éventuelle proportionnelle dès les législatives de 2022

Patrick Mignola, le président des députés Modem, s’apprête à déposer une proposition de loi qui prévoit la proportionnelle dans les départements comptant 12 députés et plus. L’Elysée reste silencieux.

Faut-il ou non instaurer la proportionnelle pour les élections législatives de juin 2022 ? L’offensive de la dernière chance a été lancée fin janvier par le président du Modem, François Bayrou , qui a écrit à Emmanuel Macron à ce sujet. Il a été rejoint par les responsables du Rassemblement national, de La France insoumise, d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) ou encore de l’UDI qui ont, eux aussi, pris leur plume pour saisir l’Elysée.

« Cette démarche a été partagée par les responsables de très grands courants politiques du pays, depuis l’extrême-gauche jusqu’à l’extrême-droite en passant par le centre et les écologistes », a plaidé le président du Modem dimanche au Grand Jury RTL-LCI-« Le Figaro ». Il vise, via l’instauration de la proportionnelle, pour une représentation « juste et pluraliste » et « un changement de culture politique » et plaide même pour un référendum sur la question.

« Un sujet politique »

Passant aux actes, Patrick Mignola, le président du groupe Modem à l’Assemblée nationale, est sur le point de déposer sa proposition de loi. Elle instaurera la proportionnelle dans les 9 départements comptant 12 députés et plus, qui comprennent les villes de Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux ou encore Lille. Au total, 130 députés seraient élus à la proportionnelle par un scrutin de listes, les 447 autres restant élus via le scrutin majoritaire.

Néanmoins, cette proposition est loin de faire l’unanimité au sein de la majorité, alors que les proches d’Emmanuel Macron sont divisés sur la question. Les partisans de la mise en place de la proportionnelle en 2022 rappellent la promesse d’Emmanuel Macron de 2017, celle de l’instauration d’une « dose », qui constituait un volet d’une réforme plus large des institutions, et qui se retrouve de fait dans la proposition de loi du Modem. « Ce n’est ni un problème de calendrier, ni un problème technique, mais un sujet politique, à savoir tenir la promesse de 2017 », estime ainsi le député de Paris Gilles Le Gendre.

« Délicat »

Les opposants estiment que ce n’est pas le moment, alors que le pays reste immergé dans une crise sanitaire , tandis que l’agenda du Parlement est rempli jusqu’à l’été. « Il n’y a pas d’opposition de fond avec le Modem sur la proportionnelle. Nous l’avons d’ailleurs initiée au début du quinquennat. Les réserves portent sur la temporalité de cette réforme et la forme proposée. Il ne s’agirait plus d’une dose de proportionnelle, mais d’une proportionnelle intégrale. Et il est délicat de légiférer pour le scrutin qui vient car, même avec les meilleures intentions, on se fait systématiquement accuser d’arrière-pensées électorales », estime Stanislas Guerini, le délégué général de LREM. Christophe Castaner, le patron des députés LREM, n’est pas non plus favorable à la mise en place de la proportionnelle pour 2022.

A droite, LR est contre cette proposition tandis que le PS est divisé. « Trop tard », a tranché le premier secrétaire du PS, Olivier Faure, alors que la proposition d’instaurer une « part » de proportionnelle figurait au programme de François Hollande en 2012.

La porte pas complètement fermée

A l’Elysée, l’entourage d’Emmanuel Macron rappelle qu’il est « complètement concentré sur la gestion de la crise sanitaire et ses différentes composantes », sans toutefois fermer complètement la porte à la proposition. Le sujet a été évoqué ce lundi, lors de la réunion hebdomadaire des responsables de la majorité autour d’Alexis Kohler, le secrétaire général de l’Elysée. « Ce qu’on a compris c’est que la position de l’Elysée n’était pas actée, mais qu’Alexis Kohler n’était pas très chaud », témoigne un participant. La réponse de l’exécutif sera connue via sa position sur la proposition de loi du Modem.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here